Hogwarts, me voilà !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hogwarts, me voilà !

Message  Esther Cole le Lun 29 Oct - 14:04

J'ai toujours été aussi anxieuse, les jours de rentrée. Je suis cette fille, qui la veille, vérifie tout une bonne dizaine de fois, astique sa baguette dès qu'elle a un moment de libre et s'interroge sur le nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal. Et puis je me demande si l'année qui vient sera différente de celle passée. Et si Angie aura définitivement arrêté d'être un peu gentille avec moi. Pourtant, chaque année, rien ne change, la même routine. Je vais me coucher la veille, à 21h, pour reprendre les bonnes habitudes. Et je suis incapable de m'endormir, à force de retourner toutes sortes de choses dans ma tête. Et puis à 7h, Maman vient me "reveiller", et on reverifie ensemble si je n'ai rien oublié dans ma valise. A 8h, elle me fait un petit déjeûner à la française, parce qu'elle trouve ça chic et qu'il faut bien ça pour marquer l'événement. Huit heure et demi, Papa se reveille, m'interroge sur mes résolutions pour l'année et si je lui écrirai régulièrement. Généralement, il monologue si longtemps qu'il se rend compte qu'il va arriver en retard au boulot, et il renverse un peu de café sur sa chemise. Pendant ce temps, Maman feuillette mon livre de Soin aux Créatures Magiques, mais s'arrête pour aller chercher une autre chemise à Papa. J'en profite pour aller faire ma douche. Neuf heures, Papa est parti, Maman me prépare un sandwich et j'écoute de la musique à la radio pour le peu de temps qu'il me reste, en me demandant ce que je vais bien pouvoir me mettre. Dix heures, la panique s'installe. Ni Maman ni moi avons vu passé l'heure et comme dans ma famille, on est plutôt du genre à arriver bien à l'avance, on se hâte. Je prépare vite mon sac avec ma robe de sorcier à l'intérieur, le livre de soin au créatures magiques (inutile de perdre du temps à le remettre dans ma valise, elle avait déjà été si difficile à fermer) et le sandwich. Maman me remet dans la voiture une bourse où j'entends teinter les gallions à l'intérieur et ce n'est qu'à l'arrivée que je la remercie. 10h30, elle et moi nous disons au revoir devant la barrière magique. Maman a toujours pensé qu'elle ne pouvait pas la passer et pensait que ce devait être un privilège juste accordé aux personnes "comme moi". Elle jette des regards curieux autour d'elle et s'amuse à deviner si telle et telle personne est sorcier. Gênée, je lui fais comprendre que si je veux trouver un compartiment libre, je dois m'y prendre à l'avance. Elle m'embrasse, elle pleure, je lui promets de lui écrire "comme les gens comme moi", et on se sépare. Ma mère est un peu collante, c'est vrai, mais je suis très famille, alors je me sens un peu triste. Kessy, ma souris, passe de ma poche de veste à l'intérieur et je tire mon charriot, un peu gênée d'avoir été si formelle avec Maman.
Exactement le même rituel chaque année. Exactement. La seule chose qui change, c'est que parfois je réussis effectivement à me dégoter un compartiment vide, mais que la plupart du temps, je dois le partager ou pire, m'incruster si je ne veux pas passer toute la journée dans le couloir du train.

Cette année, ma baguette dans la poche, je passe la barrière magique assez contente, cela dit. Maman quitte bien vite mes pensées, étrangement, et je regarde l'imposant train rouge avec serenité. La couleur du Hogwarts Express est toujours aussi éblouïssante et tout le monde se presse toujours autour, assez vite. Je laisse le charriot là où je suis censée le laisser, et je hisse mon bagage. Fille de moldue que je suis, ce n'est pas très difficile puisqu'il est à roulette. J'en suis plutôt contente, ça m'évitera d'avoir à m'épuiser à la pousser. Je me dégote assez vite un compartiment vide. Il est onze heure moins dix, les élèves commencent à affluer à l'intérieur du wagon où je suis. Par la fenêtre, je regarde avec nostalgie les parents faire de grands signes à leurs enfants. Maman a déjà vu le train, juste pour ma première année. Dad, lui, jamais. Je ne lui en veux pas, mais j'aurai bien aimé qu'il voit un peu dans quel genre d'univers je vis. Il m'a fallu du temps pour que je me rende vraiment compte que mes parents et moi, on n'était pas tout à fait pareil. Ils accueillent relativement bien mon statut de sorcière, ça c'est sûr, mais j'aurai bien aimé qu'ils s'interessent d'une autre manière que celle-là. Mon père se contente de s'informer pour la forme et Maman, elle, c'est plutôt du genre à s'extasier à la moindre banalité. "Muggle ? Oohh comme c'est charmant ! et dis-m'en plus sur les licornes, pour voir..." Enfin... Je ne sais pas très bien comment exprimer ce que je veux dire. En fait, peut-être que je suis une eternelle instatisfaite. Je crois pas mais bon, j'en sais rien ! Je n'arrive pas à mettre mes pensées au clair, pour l'instant, et je commence à avoir une belle migraine.
Je regarde la mère d'Elphias Hudgens lui faire un dernier baiser sur la joue. Plutôt que de regarder la bave dégouliner du visage d'Elphias, je m'étonne : quelles belles dents ! Sa mère a vraiment un sourire d'enfer. Je saisis Kessy de mon cou et je sors de ma poche un morceau de carotte. Je caresse distraitement le pelage marron de ma souris avant de la remettre dans ma poche. Un jour, Eleonor Carter avait vu Kessy. Elle a eu un haut-le-coeur et elle m'a très longuement expliqué, calmement assise devant moi, que je devrais plutôt m'en débarasser, parce qu'un rat, c'était sale et que ça attrapait tout un tas de maladies, qui étaient transmises ensuite aux braves sorcières comme elle. Et qu'en plus, il y avait plein d'araignées dans la château et que quand il tuerait Kessy, elle se décomposerait dans un coin dans leur salle commune et que personne ne devinerait d'où viendrait cette odeur de décomposition... Après, elle s'était levée et elle était partie avec Caitlyn. Quand j'y repense, c'est vrai que c'est drôle, mais j'avais douze ans et ça m'avait plutôt paniquée. En fait, j'avais failli executer ses ordres. Eleonor est une fille vraiment cool. C'est une blonde de ma maison, vraiment grande et populaire ! Elle est sortie avec tout un tas de garçons et ce jour-là, j'étais vraiment impressionnée qu'elle vienne me parler. Mais je m'étais retenue au dernier moment quand je me suis rendue compte qu'elle parlait de rats et non de souris. J'étais petite, alors je m'étais dit que c'était une bonne excuse pour épargner Kessy. Je me sens un peu bête en y repensant, d'ailleurs, j'étais vraiment naïve...
Je fus troublée dans mes pensées par une bande de gars qui venaient de faire irruption dans mon compartiment. La tête contre la vitre, je n'ai pas protesté en les voyant s'installer. Ils avaient remarqué ma présence, n'est-ce pas ? Si ça ne les dérangeait pas, je resterai, alors.
Le train démarra enfin et cette bande de garçons commencèrent à jouer aux cartes explosives. Je fermai les yeux un instant, un peu à l'écart d'eux. Le voyage promettait d'être long.
avatar
Esther Cole

Nombre de messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 29/10/2007

Personnage
Maison: Hufflepuff
Études: Cinquième année
Âge: 15 ans

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum